Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog Changeons-Champs
  •   Le blog Changeons-Champs
  • : Bienvenue à vous ! Ce blog est né en décembre 2006 d'une initiative personnelle visant à relater l'actualité de la commune. Il présente donc ma vision des choses sur notre environnement, mais il a aussi comme portée de faire naitre un débat d'idées entre internautes.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Articles Récents

11 janvier 2007 4 11 /01 /janvier /2007 17:46
Pour celles et ceux qui n'auraient pas le temps de lire la tribune (ci dessous) de Pierre Lellouche, je vais vous dresser un petit topo de ce qu’est un voyage diplomatique de campagne à la façon de Madame Royal : des photos souvenirs, de belles paroles, des mots nouveaux et une incohérence sans égale…pour parler des droits de l’Homme, du respect en France, Madame Royal est présente ; quand il s’agit de défendre ces mêmes valeurs dans un pays qui n’est pas réputé (et c’est le moins que l’on puisse dire) pour son respect des droits de l’Homme, Ségolène n ‘est plus au rendez-vous. Ne serait-ce pas là le signe d’un double discours, pratique dangereuse pour une élue de la République qui aspire à devenir présidente de la République.
Je vous présente donc mon extrême scepticisme quand à la capacité de Madame Royal à défendre les intérêts et les règles les plus élémentaires du droit international dans un pays étranger. Je ne reviendrais pas sur son voyage au Proche Orient où elle a refusé de saluer une élue française (Madame de Panafieu,
une petite illustration vidéo) alors même que la veille, elle saluait un membre du Hezbollah dont les activités terroristes ne sont plus à démontrer. Un comble et encore une fois l’incohérence la plus totale !

Une petite tribune de Monsieur Lellouche, député de Paris que je me permet de reprendre en partie pour mettre en avant l'incompetence de Madame Royal qui n'est plus à démontrer je le crois.


Les tribulations de Ségolène Royal en Chine, censées crédibiliser la stature internationale de la candidate socialiste, ont atteint de nouveaux records d'amateurisme et d'improvisation. Bien incapable de dire aux Français, avant son départ, qui elle allait rencontrer et ce qu'elle allait faire en Chine, Mme Royal a donné l'impression de s'être laissée embringuer dans un voyage organisé par un tour operator un peu particulier : le Parti communiste chinois. Son programme, tel qu'il a pu être reconstitué ex-post, montre qu'elle a surtout effectué une visite touristique, les photos et les images étant sa spécialité - ainsi de l'écharpe blanche sur la Grande Muraille et de l'incontournable visite de la Cité interdite ; Elle n'aura vu ni le président, ni le premier ministre, ni le ministre des Affaires étrangères, ni le ministre de la Défense, ni le ministre de l'Économie. Ses contacts avec la société civile se sont limités à des citoyens modèles triés sur le volet (membres du Parti communiste, quand ils ne sont pas fils de membres du Parti depuis 1921...) : ainsi de la famille chinoise « ordinaire » chez qui elle est allée boire le thé, ou des « étudiants » de l'Institut diplomatique, sagement fidèles à la ligne officielle.

Quant aux sujets abordés, là encore, on souffre pour elle devant l'indigence du contenu. Car quels sont, au fond, les problèmes fondamentaux posés par la Chine aujourd'hui ? Il y a, en premier lieu, les problèmes stratégiques :
la Chine, actuellement engagée dans un réarmement extrêmement rapide (son budget de la défense, en progression rapide depuis quinze ans, a augmenté en 2006 de 14,7 % pour dépasser cette année les 35 milliards de dollars), ne nous aide guère sur le dossier du nucléaire iranien et bien peu sur la Corée du Nord. Que je sache, pas un mot de Mme Royal sur le sujet.
Autre grand sujet, la compétition chinoise dans la mondialisation des échanges et la faiblesse de la France à cet égard (le marché de la construction des centrales nucléaires chinoises vient d'échapper à Areva) alors que les échanges avec la France représentent à peine 1 % du commerce extérieur chinois. Sur ce point, Mme Royal a eu cette merveilleuse formule : « Nous pouvons gagner » ;
tandis que si les entreprises françaises perdent des marchés, elles n'ont, ma foi, qu'à s'en prendre à elles-mêmes « au lieu de penser que c'est toujours de la faute des autres ». L'ennui, c'est que pendant ce temps, à Paris, son compagnon François Hollande promet à tout va des hausses d'impôts et davantage de réglementation : magnifique grand écart entre les exhortations à exporter à l'étranger, d'un côté, le matraquage des exportateurs à domicile, de l'autre.

La Chine est aujourd'hui l'un des pays les plus pollueurs de la planète ; mais Mme Royal, naturellement, ne parle pas des sujets qui fâchent.
Ce pays est également l'une des dernières dictatures communistes de la planète, même s'il y règne en pratique un capitalisme des plus prédateurs ; mais Mme Royal semble avoir, là aussi, oublié la notion même de droits de l'homme, pourtant inscrite dans notre Constitution, au profit de celle, plus diluée, de « droits humains ». Elle félicite même les tribunaux chinois d'être « plus rapides que les tribunaux français ». On rêve... car la Chine est tout de même, de très loin, le champion du monde de la peine de mort, sans parler des droits de la défense, réduits là-bas à leur plus simple expression.
À grand renfort de publicité, on apprendra tout de même, sur le tard, qu'elle a fait remettre (mais à qui ? et pour quels résultats ?) une liste des noms de cinq avocats et journalistes emprisonnés : c'est bien peu, en tout cas, sur les milliers de prisonniers politiques et d'opinion que compte ce pays.

Le bilan est donc peu convaincant, c'est le moins que l'on puisse dire. Restera de ce voyage l'écharpe blanche au pays du Lotus bleu, sur fond de Muraille de Chine ; les compliments, le lendemain, d'un conseiller présidentiel sur « le rouge qui lui va si bien », subtile manière, sans doute, de relever l'impair qui avait consisté pour elle à s'habiller de blanc, couleur du deuil chez les Chinois ; et cette grande innovation linguistique qu'est la « bravitude », lapsus plus ou moins volontaire qui, pour la politique étrangère de Mme Royal, est sans doute synonyme de « nullitude ».

Les spécialistes savent que les élections se gagnent rarement, voire jamais, sur la politique étrangère, mais il n'est pas impossible de les perdre sur ces sujets. Les Français sont un peuple fier, dans un monde dangereux. Ils attendent non seulement d'être gouvernés à l'intérieur, mais aussi d'être pilotés à l'extérieur, avec compétence et intelligence. Avec les pérégrinations de Mme Royal au Proche-Orient et en Chine, on est décidément loin du compte.
Repost 0
Published by Changeons Champs - dans Bourditudes
commenter cet article
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 14:24

Je parle des routes bien évidemment...

Tous ceux qui empruntent la route régulièrement, donc presque tout le monde, auront pu constater que nos axes routiers sont dans un bien piètre état ! On a des trous,des inégalités,et des fissures. Je parlais précedemment des impôts,quand on voit l'état du tarmac,on se demande où ils vont !

Je prendrais comme petit exemple de l'action exemplaire de la commune ce petit morceau d'autoroute (A199) visible du pont de la Fontaine aux Coulons si je ne me trompe pas. Cela fait au moins cinq ans qu'il est inaccessible. Cinq ans au moins, et il n'est toujours pas refait ! Ce n'est pas que c'est particulièrement dérangeant...certes,ce n'est que cent mètres d'autoroute.Mais tout de même,c'est du laisser aller. Je sais bien que les autoroutes ne sont pas du domaine de la commune mais la volonté politique, l'action et la détermination ne sont pas des vains mots...

Espérons que l'état de la voie routière inquiètera un jour la mairie. Quoique, vue son affiliation, elle veut peut être préserver cette image sovietique et rendre hommage à la Mère Patrie en laissant les routes dans une telle situtation. (Le problème,c'est qu'il n'y a plus de Lada pour rouler dessus.)

 

Repost 0
Published by Changeons Champs - dans Changeons Champs-sur-Marne
commenter cet article
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 13:52

Une petite remarque au sujet de nos impôts...Vous aurez cru remarquer que Champs sur Marne est une commune assez imposée;je parle bien sûr des impôts locaux.

Je me demande bien pourquoi la mairie ne s'est pas demandée si faire venir des entreprises ne serait pas,faute d'être un Saint Graal résolutif,une solution.En effet,si nous payons tant d'impôts,c'est pour compenser le fait que nous manquions cruellement de pôles de travail de pépiniere d'entreprises (comme à Lognes) !C'est justement ce manque que nous pourrions essayer de faire combler.Surtout que nous ne manquons pas de place dans le coin:nous avons des espaces au niveau de la cité universitaire qui pourraient servir afin d'y implanter des entreprises,et donc de dynamiser un peu cet espace.

Celà créerait plus d'emplois locaux (logique...) et aurait l'avantage de soulager les ménages d'un peu de ces impôts locaux en les faisant absorber par ces entreprises.Encore faut-il qu'elles viennent...l'idéal serait donc d'essayer de les soliciter, de faire des démarches nécessaires car comme je le dis souvent "on n'attire pas des mouches avec du vinaigre". Faire bouger Champs cela passe également par le domaine de "l'économie"...

Par ailleurs,je tiens à saluer l'action de Chantal Brunel,notre députée,qui se bat en ce moment pour éviter la fermeture de l'hotet Ibis de notre commune.J'espère qu'elle y parviendra.

Repost 0
Published by Changeons Champs - dans Changeons Champs-sur-Marne
commenter cet article
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 13:40

Je ne sais pas si c'est juste une impression, mais j'ai cru remarquer que notre ville manquait cruellement d'animation.

 

 

 

Ma mémoire est peut être défaillante, mais je n'ai pas vu de fêtes particulières, de soirées de Noël ou même d'organisation de réveillon comme il en existe tous les ans depuis des années à Gournay sur marne. Bien sûr, pour ceux qui se débrouillent pour fournir à eux même leur propre animation, cela n'est pas gênant en soi.

 

 

 

Mais pour ceux qui n'ont rien de prévu? Je pensais notamment aux personnes âgées, qui sont par moments dans le cas d'un "abandon", je n'ai pas cru remarquer une animation quelconque pour ces personnes là, alors que les communautés diverses et variées (nous pensons notamment aux Martiniquais ou aux Portugais) qui elles font des fêtes.

 

 

 

Suis je le seul à avoir cette impression de délaissement, qui dépasse simplement les fêtes, où alors est ce un fait ? Même un petit marché de temps en temps serait une idée appréciable, car parfois on pourrait vraiment appeler Champs sur Marne une "ville-dortoir" où rien ne se passe.

 

 

 

Pensez vous qu'il faille changer les choses? Libre à vous de faire des propositions, toute contribution est la bienvenue !!

 

 

 

 

Repost 0
Published by Changeons Champs - dans Changeons Champs-sur-Marne
commenter cet article
26 décembre 2006 2 26 /12 /décembre /2006 11:14

Les travaux sur l’avenue du Général de Gaulle sont enfin terminés. Nous avons à présent une (relative) belle avenue et…l’apparition d’une piste cyclable. En soi pourquoi pas mais je dois dire que sur cette avenue, je n’avais jamais vu de cyclistes, peut-être viendront-ils à présent, l’avenir nous le dira...

            Cependant, les pistes cyclables du bord de marne (où le trafic des vélos est bien plus dense que sur l’avenue du General de Gaulle, logique d'ailleurs...) ne sont toujours pas bien sécurisées : de nombreuses crevasses existent encore et il n'existe aucune séparation avec la route…

La logique de la mairie m’échappe : réduire la largeur des voies automobiles sur l’avenue du Général de Gaulle (ce qui est parfois dangereux lorsque l’on croise de grosses voitures), élaborer de très LARGES pistes pour des cyclistes qui n’existent pas à cet endroit de la ville et ne pas améliorer celles qui existent et qui sont très empruntées sur les bords de marne.

 

 

 Je vous laisse juge d’aller apprécier par vous même cette « logique » et la démesure du trottoir qui jouxte la piste cyclable…je vous épargne le coût de ces infrastructures.

Repost 0
Published by Changeons Champs - dans Changeons Champs-sur-Marne
commenter cet article
26 décembre 2006 2 26 /12 /décembre /2006 09:25

Encore une année où l'automne se prolonge jusque fin décembre à Champs (sur les trottoirs de certains quartiers). En effet, la mairie ne doit pas trouver nécessaire de nettoyer les amas de feuilles qui stagnent depuis maintenant plus de deux mois en particulier dans le quartier des bords de marne. Il a fallu téléphoner aux services techniques pour qu’une équipe daigne se déplacer et…nettoyer 10m²(l’équivalent de mon trottoir…) ; mes voisins n’ont donc pas eu droit au même privilège.

                La mairie attendra peut-être qu’il y ai un accident pour faire correctement son travail sur la totalité de la commune ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Changeons champs - dans Changeons Champs-sur-Marne
commenter cet article
25 décembre 2006 1 25 /12 /décembre /2006 19:53

Article tiré du journal de la commune de Champs :

Notons que Champs-sur-marne est la seule ville du SAN à refuser la création d'une police municipale qui est pourtant un moyen efficace pour lutter contre la délinquance "locale".

Au cours des délibérations du 25 septembre dernier, le Conseiller Municipal communiste, Adjoint à l'Enfance et à l'Education a rendu compte de la rentrée scolaire dans la commune : tout s'est bien passé ; comme d'habitude.
Il est vrai que l'équipe de la majorité s'est toujours complu à dire que tout est calme à Champs sur Marne et qu'il y fait bon vivre, au mépris de l'information locale la plus élémentaire.

 

 

 

 

Ce n'est certainement pas l'avis des étudiants de la Cité Descartes qui par cinq fois consécutives se sont fait violemment agresser à Champs sur Marne :
Une fois, de jeunes malfaiteurs cagoulés et armés ont fait irruption dans un appartement de la cité universitaire " Montesquieu " et ont dévalisé des locataires de tous leurs biens. Une autre fois, c'est à coup de matraque qu'ils ont estourbi des étudiants de l'école des Ponts et Chaussées sur l'esplanade qui mène au RER, face au CROUS.
Une autre fois encore, c'est un vol à l'arrachée en plein jour, avenue Ampère …

 

 

 

 

Ces élèves-là seraient-ils laissés pour compte, ne feraient-ils pas partie également de notre jeunesse ? Combien de temps allons-nous laisser faire ces malfrats martyriser nos jeunes en toute impunité ? En effet, la question se pose plus que jamais dans notre commune car la recrudescence de la violence n'est pas l'apanage seul de notre département voisin, le 93.
Alors que notre pays compte plus de 20.000 agents de police municipale, la majorité municipale de gauche s'oppose à une telle implantation dans notre commune. Selon Madame le Maire, cela relève du pouvoir régalien et la charge des opérations de police revient à l'Etat.

 

 

 

 

Nous rappelons ici que la police municipale, organe municipal de proximité, est compétente pour tout ce qui relève de la sécurité, sûreté, salubrité et la tranquillité publique selon l'article L2212-5 du code général des collectivités territoriales. C'est une fonction administrative que l'on appelle aussi "pouvoir de police du maire". La police municipale, c'est une politique de proximité permettant de restaurer le lien social par l'écoute, le dialogue avec les habitants et l'aide apportée aux victimes et aux personnes en difficulté.

Qu'en faites-vous Madame TALLET de ce pouvoir qui relève de votre devoir ?
Afin d'éviter l'irréparable, il est temps de reconsidérer votre politique. A l'instar des milliers de Français qui approuvent le travail de leur police municipale, il faut maintenant protéger les Campésiens avec de réels moyens de prévention et de sécurité.

                                                                    Groupe Champs pour Champs

 

 

 

Repost 0
Published by Changeons Champs - dans Changeons Champs-sur-Marne
commenter cet article
25 décembre 2006 1 25 /12 /décembre /2006 19:11

Article paru dans le Parisien (19/12/2006)

Après l'affaissement d'une cave, les commerçants s'entraident
Gilles CORDILLOT

 

 

 

 


Depuis hier matin, les clients de la pharmacie au 18, rue de Paris à Champs-sur-Marne sont invités à déposer leurs ordonnances juste en face, chez la fleuriste. Tandis que, sur le rideau de fer baissé de l'épicerie mitoyenne, une affichette encourage ceux qui veulent des fruits et légumes à se rendre à la salle du presbytère. Même si tout cela peut paraître étrange, c'est pourtant très sérieux. Depuis l'effondrement, vendredi soir, d'une cave située sous l'épicerie, la solidarité commerçante s'est organisée.
Crocifissa Fligliola reste debout devant la pharmacie, décontenancée. " Je dois acheter du sirop contre la toux, et je ne sais pas combien il coûte... Tant pis. Je vais aller ailleurs... A Mattéoti ou même chez Carrefour. Mais ça fait loin. " Finalement, elle confiera, non sans réticence, son ordonnance à Christelle, la fleuriste. Le pharmacien espère rouvrir son officine demain ou jeudi. Auparavant, des travaux de confortement devront être réalisés afin que les clients ne courent aucun risque.
En revanche, Jean-Pierre Richard, l'épicier du Cours des Halles, ne rouvrira probablement jamais. Car, chez lui, les dégâts s'avèrent beaucoup plus sérieux. " De la cave, on voit le parquet de mon magasin, explique Jean-Pierre. Un confrère épicier m'a acheté tous les légumes qu'il a pu. Et la municipalité me prêle la salle du presbytère pour écouler le reste, j'avais l'intention de prendre ma retraite en 2007. Je vais certainement avancer un peu cette date. Le plus désolant, c'est que maintenant le fonds de commerce est devenu invendable... "
Mais il reste encore à régler le cas des locataires qui habitent les étages supérieurs du bâtiment, soit quatre logements en comptant celui du pharmacien. " Un étudiant a été accueilli dans de la famille, explique la mairie. Un autre a réussi à se reloger lui-même. Reste une solution à trouver pour une famille avec deux enfants. " Actuellement, la mairie paie pour son hébergement provisoire à l'hôtel Ibis".

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Changeons Champs - dans Changeons Champs-sur-Marne
commenter cet article