Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog Changeons-Champs
  •   Le blog Changeons-Champs
  • : Bienvenue à vous ! Ce blog est né en décembre 2006 d'une initiative personnelle visant à relater l'actualité de la commune. Il présente donc ma vision des choses sur notre environnement, mais il a aussi comme portée de faire naitre un débat d'idées entre internautes.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Articles Récents

24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 17:10

La droite clairement admis sa défaite et a déjà commencée à réfléchir sur ses erreurs stratégiques. Il semblerait qu’une partie de l’électorat qui a porté Nicolas Sarkozy à l’Elysée en 2007 ne se retrouve plus totalement dans la politique qui est la sienne actuellement : l’ouverture à gauche, les milliards accordés aux restaurateurs (dont les effets sont aujourd’hui nuls !), les chiffres de la sécurité qui ne sont pas excellents, la taxe carbone qui n'est pas toujours comprise etc

 

La pédagogie des réformes n’est sans doute pas une chose évidente mais elle est fondamentale. Il faut expliquer que l’ouverture est nécessaire, qu’on ne dirige pas un pays en le divisant en clans politiques (cf la gauche dans les régions…), que la taxe carbone est une mesure courageuse qui doit nous faire changer de comportement à travers des incitations fiscales justes.
 

En revanche, la baisse de TVA dans la restauration est souvent perçue comme un cadeau unilatéral inutile et surtout couteux en tant de crise. Plusieurs milliards d’euros de recette en moins alors que certains ministères pourraient être mieux dotés et/ou réduire le déficit public…

 

Je ne suis pas certain que le PS puisse se réjouir au point d’être arrogant comme le furent Bertrand Delanoë et Benoit Hamon dimanche soir. Il y a clairement une victoire du PS mais les socialistes sont toujours aussi peu crédibles aux yeux des français pour diriger sur le plan national. Dés l'appel de Dany Cohn Bendit, les Verts ont commencé à se chamailler. De son côté, Martine Aubry se fait narguer par Ségolène Royal et Georges Freche s'apprête à sortir un livre qui à en croire certains n'épargnerait pas la famille socialiste...

 

Repost 0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 18:08

Si vous souhaitez désinformer à moindre frais, cette annonce est faite pour vous !!!! S’adresser au conseil général de Seine et Marne, au Conseil régional d’ile de France. Des experts. Ou même à Madame Tallet, maire de Champs-sur-Marne.

La recette : faire passer sous le compte « communication » des tracts, des pétitions et autres papiers mensongers sur les réformes en cours.

A quels frais ? Ceux du contribuable évidemment ! On verrait mal le PS ou pis encore, le PCF dépensaient de l’argent pour communiquer. Si cela est possible de le faire aux frais de bibi, surtout ne nous gênons pas.
 

Plus sérieusement, quelle est cette République qui permet à certains élus malhonnêtes de faire leur propagande politique à nos frais ?! Les chiffres parlent d’eux mêmes, en Ile de France, depuis l’arrivée de JP Huchon, le budget com’ est passé de 3 à 15 millions d’euros. Alors oui, Huchon peut venir pleurer sur les crédits qui lui manqueraient, oui il manque 12 millions !!! 12 millions d’euros que les franciliens auraient sans doute voulus voir d’une autre manière que dans des inepties. Par exemple dans la rénovation des rames de RER.

Plus localement, la dépense concernant le tract sur la « privatisation » de la Poste aurait pu servir pour rénover les routes de Champs sur Marne qui sont dans un état lamentable. Par exemple…

Cela fait des mois que je dénonce ces pratiques malhonnêtes de la part d’élus « du peuple », la démocratie n'en sortira pas renforcée s'ils continuent. Si le PS souhaite communiquer, je serai heureux qu'il le fasse à ses frais.

Repost 0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 20:39

Vincent Peillon. Un nom à présent rattaché à ce que la politique fait de pire. Un menteur qui persiste, signe, qui s’oppose au débat démocratique, qui demande la démission de dirigeants de la télévision publique. Un homme confronté en direct sur Canal + à ses mensonges.  

Martine Aubry…que dire de cette dirigeante d’un grand parti qui cautionne et justifie ce genre d’attitude…pitoyable.

On peut être en désaccord avec la politique d’Eric Besson, dans ce cas on va l’affronter et lui exposer ses arguments. C’est ça la politique. C’est ça la démocratie. Car on ne peut pas en même temps pleurer parce que l’on considère que l’UMP a trop de temps de parole et de l’autre laisser 30 minutes à Eric Besson pour s’exprimer sans contradicteur.

Il faudrait rappeler à Mr Peillon (et peut être à d'autres...) que nous ne sommes pas en ex-URSS, personne ne peut et ne devrait même penser à demander la tête de journalistes. 

En parlant de démocratie et de respect, je ne peux m'empécher :

Loi du 27 février 2002 relative à la
 « démocratie de proximité » dans laquelle il est demandé que « tout bulletin d’information générale sur les réalisations et la gestion du conseil municipal, sous quelque forme que ce soit, devait réserver un espace à l’expression des conseillers n’appartenant pas à la majorité municipale ».
 

Repost 0
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 13:28

La nouvelle trouvaille du ministre de l’éducation, Luc Chatel : imposer 30% d’élèves boursiers dans les grandes écoles. Je ne crois pas que l’on puisse faire plus dans le ridicule et dans l’absurde. On peut lui accorder le bénéfice de vouloir favoriser la réussite de ces étudiants mais le ministre omet quelques détails : le capital culturel ne s’acquiert pas par décret, la méritocratie a un sens, les concours doivent être les mêmes pour tous, toute autre règle serait de la discrimination envers ceux qui passent les concours par la voie « normale ».

 

Luc Chatel explique « un enfant d’ouvrier a 5 fois moins de chance d’accéder aux grandes écoles ». Vrai. Et alors ? On leur ouvre les portes sans concours ? Non ! On les aide en amont, dés l’école primaire, le collège car ce n’est pas après le bac qu’on se prépare pour intégrer les grandes écoles. Que Mr Chatel fasse son travail de ministre de l’éducation au lieu de vouloir dicter des comportements à des institutions qui sont les seules reconnues à l’international.

 

Qu’il aille sur le terrain voir ce que ces grandes écoles font pour les boursiers : tutorat des étudiants des grandes écoles pour aider des lycéens dans des quartiers difficiles, suppression des droits d’inscription pour les concours (de 1000 à 1500€). Luc Chatel rejoint en partie le président de l’UNEF qui souhaite « faire voler en éclat la sélection ». ce petit bonhomme doit omettre que nos universités sont la risée du monde lorsque les étudiants étrangers arrivent en France. Sur les 10 premières grandes écoles européennes, plus de 50% sont françaises (classement Financial Times), si nous souhaitons conserver un minimum d’excellence, nous devons conserver notre modèle méritocratique tout en aidant en amont les collégiens-lycéens à se préparer aux concours. Le nivellement par le bas proposé par l’UNEF depuis des années ne mènera nulle part. Le mot sélection leur fait peur, je me demande bien comment vont-ils faire dans leur vie professionnelle car chaque étape de la vie est faite de sélection. 

Repost 0
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 10:38

Un parfum d'indécence ou plutôt des nantis qui prennent en otage des millions de franciliens depuis 1 semaine ! Un président du STIF (syndicat des transports en ile de France), JP Huchon, accessoirement président de région n'a pas bougé pas depuis le début de la grève. Aucune indemnisation n'a été évoquée par Huchon, rien ! On s'y attendait de la part d'un homme qui depuis le début de son mandat n'a absolument rien fait pour les usagers des transports. Ha, si, il vient de trouver un peu d'argent pour mettre en service de nouvelles rames (décision prise plusieurs années après le début de sa présidence).

Quant aux grévistes, que veulent-ils ? Une hausse de 150E (par mois !!) de leur prime. Rien de moins ! Si la direction accepte, celà induira inexorablement une hausse encore plus importante du prix des titres et abonnements pour les usagers. Peu importe, les syndicats ne sont pas là pour défendre les usagers mais les conducteurs, corporatisme oblige. Ils souffrent déja d'une piètre image auprès des français, leur comportement irresponsable et méprisant envers les usagers ne fera qu'accentuer ce phénomène. 

Et objectivement, ce ne sont pas les plus à plaindre : 


Un agent de cette ligne ne conduit que 2h50 par jour  

Fabrice Amedeo 

Les conditions de travail, le salaire comme les volumes horaires restent plus favorables que sur les autres lignes de la RATP.

C'est un peu la ligne reine, à la RATP. Pour accéder aux commandes du RER A, les agents de l'entreprise publique doivent avoir au moins dix ans d'ancienneté et de pratique dans le métro parisien. La moyenne d'âge des 523 conducteurs de la ligne A est de 45 ans.

«Ce sont un peu nos conducteurs de TGV à nous, explique un cadre de la RATP. La ligne A du RER est une fin de carrière plus qu'intéressante pour nos agents .» Traditionnellement, le travail y était plus agréable, avec notamment moins de tronçons souterrains. Mais la saturation de la ligne et les hausses de cadences demandées par la RATP pour y faire face ont peu à peu transformé la préretraite dorée en ligne à haute tension pour ses conducteurs

Les conditions de travail, le salaire comme les volumes horaires restent pourtant plus favorables que sur les autres lignes de la RATP.

3 333 euros brut par mois en fin de carrière

L'agent de conduite du RER A est embauché à 2 200 euros brut par mois et finit sa carrière à 2 700 euros. Ce salaire est assorti d'une prime de 633 euros que les syndicats aimeraient voir atteindre au moins 753 euros. Ils demandent en effet 120 à 150 euros de prime en plus pour compenser la hausse de productivité qui leur est demandée depuis fin 2008.

Une journée de travail de 6 h 30

Les conducteurs travaillent 6 h 30 par jour, cinq jours sur sept. Mais ils ne passent que 2 h 50 par jour aux commandes du RER et réalisent deux allers-retours quotidiens sur la ligne. Selon les semaines, un agent de conduite peut être affecté au service de jour et débuter sa journée entre 5 heures et 6 h 15 le matin. Il peut être affecté au service d'après-midi et commencer entre 12 heures et 13 heures, ou encore au service de nuit et démarrer sa journée entre 18 heures et 19 heures. Quand il ne conduit pas, soit pendant 3 h 40 sur ses 6 h 30 de service, il peut être en formation ou en «réunion avec des cadres pour analyser des pannes». La plupart du temps, il doit juste se rendre disponible pour des déplacements de trains en gare.

De nouvelles conditions de travail

Fin 2008, la RATP a intensifié ses rotations de RER A pour faire face à la hausse du trafic sur une ligne déjà saturée et essayer d'améliorer le quotidien de ses voyageurs. Une hausse de productivité de 10 % a été mise en place. Elle se traduit par 24 à 27 trains de plus par heure. En période de pointe, 66 trains circulent ainsi en même temps sur le tronçon central au cœur de Paris, à deux minutes d'intervalle les uns des autres. Cette hausse de la productivité n'a pas modifié le temps de travail ni le nombre de rotations effectuées chaque jour par les conducteurs. «Nous n'avons fait qu'exiger une ponctualité totale à nos agents en début de service, car tous les trains doivent partir à l'heure, explique un cadre de la RATP. Le moindre retard en début de ligne a un effet domino sur tous les trains qui suivent .» La direction reconnaît néanmoins que les nouveaux rythmes «imposent davantage de concentration de la part du conducteur aux heures de pointe».

La retraite à 50 ans

La plupart des conducteurs du RER partent encore en retraite à 50 ans. Ils gagnent en effet une année de cotisation tous les cinq ans du fait de la «pénibilité de leur travail». Seuls les nouveaux agents de la RATP ne bénéficient plus de ce système de bonification. Ils intégreront la ligne A dans dix ans et n'y seront pas majoritaires avant 2025.

Source : Le Figaro.fr 

Repost 0
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 16:59

Il y a ceux qui parlent d’écologie politique depuis des années, et ceux qui la mettent en place. Ceux qui parlent de développement durable, parce que c’est fun, parce que c’est à la mode et ceux bâtissent pour l’avenir.

 

Première idée reçue que j’avais avant de découvrir le quartier Vauban de Fribourg : l’initiative doit venir d’en haut. Fribourg est un exemple parfait de démocratie participative (à différencier d’un autre concept, ségoléniste qui vise à puiser les idées des autres pour combler son propre vide intellectuel). Le projet est né à travers la volonté de citoyens de réhabiliter un quartier. Quartier qu’occupaient les militaires français jusqu’en 1992.  L’initiative est donc venue de la base, qui a bataillé pour obtenir le soutien de la mairie, du Bundesland et autres institutions officielles allemandes. Au final, le quartier est tout simplement génial ! Calme et reposant, esthétique, bien desservi par le tram, et surtout, les loyers sont tout à fait abordables.

 

Deuxième idée reçue : ça coute cher de faire des logements à énergie positive. Oui, ça coute cher mais ce n’est pas vraiment hors de prix : de 10 à 20% de plus selon les matériaux utilisés. La personne qui m’a fait visiter le quartier m’expliquait que sa facture d’électricité pour un 90m2 s’élevait à 150€…par an !! En grande partie pour financer la maintenance du système.

 

Troisième idée reçue : c’est un quartier de bobos. Pas seulement, oui il y a évidemment des mangeurs de tofus mais surtout des très jeunes parents, quelques hippies écoutant les Beatles en jardinant (l’image est marquante !).

 

Une question : pourquoi pas nous ?

 

En France, nous avons fait le Grenelle de l’environnement, qui est un pas considérable et unanimement salué par la classe politique (à quelques exceptions prés). Mais nous sommes en retard de 15 ans sur nos voisins allemands dans ce domaine.

En France, pour construire du logement social de manière à ghettoïser certains quartiers, on y arrive, on persiste et on signe. Mais impulser des logements révolutionnaires écologiquement en MIXANT intelligemment les populations, ça devient peut être trop demander à nos élus ? 

Repost 0
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 09:51

En creusant un peu le discours de Fabius, on peut réussi à sortir quelques propositions : suspension du bouclier fiscal et des «dizaines de milliers de suppressions d'emplois publics», allongement de l'indemnisation-chômage des travailleurs précaires et des CDD. Voilà, c’est dit et c’est tout. Toujours les mêmes depuis 2007, rien n’a changé au PS. Pas une pointe de remise en question sur cette stratégie de l’opposition aveugle qui ne paie pas.

Le Premier ministre a parfaitement répondu renvoyant au PS son image : la contradiction.

 

Exemple :

Laurent Fabius qui, en 2000, se prononçait pour un allègement de l'impôt sur le revenu, ainsi que le président du groupe PS Jean-Marc Ayrault, qui s'était dit favorable un accroissement de la durée de vie professionnelle. Des mesures déjà décidées ou envisagées par la majorité de droite actuelle.

 

"Y en a assez de ce Parti socialiste qui devrait s'occuper de lui" plutôt que "mettre en garde toujours les autres" (Daniel Cohn-Bendit)

 

Décidemment, le PS fait l’unanimite à gauche et à droite, ce parti est à « bout de souffle » comme dirait un cadre socialiste. Mais pour la modernisation et les propositions, les français devront attendre.

Repost 0
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 11:51
Le chercheur irano-suisse Mohammad-Reza Djalili a répondu aux questions de Liberation.fr après la proclamation de la victoire de Mahmoud Ahmadinejad. En contact avec des habitants de Téhéran toute la journée, il estime que les fraudes électorales ont été sans précédent.
 
Mir Hossein Moussavi, principal candidat de l'opposition et annoncé largement battu, a parlé d'irrégularités«nombreuses et massives». Que penser de cette déclaration?

Il y a toujours eu des fraudes lors des élections présidentielles en Iran, même en 2005, lors de l'élection de Mahmoud Ahmadinejad. Mais il semble qu'une fraude aussi immense n'avait jamais été organisée. Les partisans de Moussavi ont l'impression qu'on leur a volé leurs voix et que cet écart de neuf millions de votes est dû à une manipulation. De toute façon, avant même le scrutin, Ahmadinejad avait eu accès à des moyens immenses, avec notamment des passages sur les chaînes de télévision et les radios.

Comment sont organisées ces fraudes ?
 
C'est très facile, car il n'y a pas de listes électorales en Iran. On va voter avec son extrait de naissance, et on peut même le faire plusieurs fois, dans différents bureaux de vote. Les analphabètes, qui représentent près de 20% de la population, sont aidés par les gardiens de la Révolution...

Comment interpréter ces résultats et ces manifestations?

Si on accepte les chiffres officiels, cela montre qu'un tiers de la population est en faveur du changement. Cette polarisation de la société n'était pas révélée de cette manière auparavant. Il y a une foule sans précédent dans les rues. D'après ce que j'ai pu entendre sur différents médias comme Voice of America ou la BBC, il y a également des manifestations dans les provinces du Nord et du Sud du pays.
La situation peut-elle dégénérer? Quelle peut être l'attitude du guide de la révolution?

L'ayatollah Ali Khamenei a interdit aux candidats battus de protester. Je pense que le pouvoir ne laissera pas la contestation s'installer. La police, par exemple, est très violente. Elle dispose aussi d'une police civile dispersée au milieu des manifestants. La répression est très bien organisée.

Source :
Libération 
Repost 0
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 23:15

L’Europe veut sans aucun doute du social, mais en aucun cas l’Europe ne veut du socialisme. A l’échelle européenne, la droite arrive largement en tête dans tous les grands pays : Allemagne, Espagne, Italie et sans doute Grande Bretagne.

 

Comme quoi, le Manifesto qu’on voulait nous faire passer pour une réponse commune des socialistes européens n’a convaincu personne. Le PS français est totalement incapable de répondre aux questions politiques, économiques et écologiques et surtout de se remettre en question. La seule réponse de Martine Aubry était ce soir : « les français ont dit non à Sarkozy ». C’est tellement loin de ce que les français veulent entendre. A Champs-sur-Marne, l’UMP arrive largement devant les socialistes et le Front de gauche (les pollueurs des espaces publics).

 

Autre fait marquant, la percée presque incroyable d’Europe écologie qui devance largement le PS en île de France, pourquoi ? Sans doute parce que Daniel Cohn-Bendit parle d’Europe, parle d’écologie et ne s’est pas contenté de taper bêtement sur le Président.

 

Mais pour le PS : continuez ainsi, ne vous remettez surtout pas en cause, vous avez gagné, le Manifesto est plébiscité, en un mot : bravo !

 

Repost 0
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 17:18

Une fois n’est pas coutume, et campagne européenne oblige, le grand prix de la démagogie a commencé : Olivier Faure insiste sur le fait que le PSE s’est rassemblé sur un texte commun (le Manifesto), FAUX ! Le PS français, fort de son conservatisme a modifié un certain nombre de tournures et a radicalisé sa posture.

Logique peut-on dire, talonné au centre gauche par Mr Bayrou, par Mr Besancenot à l’extrême, une seule solution pour les « têtes » pensantes de Solferino : à bâbord toute !!!!

Et évidemment rien de concret. L’UMP souhaite une Europe qui bouge et une France qui pèse dans cette Union à 27 ! Le Président s’est montré combatif et omniprésent lors de la présidence française (saluée même par le Modem et une partie du PS), c’est sur cette ligne que l’UMP gagnera le 7 Juin prochain. Quand l’Europe veut, l’Europe peut. Elle veut être une puissance reconnue, qui protège et anticipe les évolutions économiques et sociales. L’Europe est une construction historique et fondamentale pour notre quotidien et elle n’a pas besoin que l’on utilise cette élection à des fins populistes.

Repost 0