Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog Changeons-Champs
  •   Le blog Changeons-Champs
  • : Bienvenue à vous ! Ce blog est né en décembre 2006 d'une initiative personnelle visant à relater l'actualité de la commune. Il présente donc ma vision des choses sur notre environnement, mais il a aussi comme portée de faire naitre un débat d'idées entre internautes.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Articles Récents

15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 20:39

Vincent Peillon. Un nom à présent rattaché à ce que la politique fait de pire. Un menteur qui persiste, signe, qui s’oppose au débat démocratique, qui demande la démission de dirigeants de la télévision publique. Un homme confronté en direct sur Canal + à ses mensonges.  

Martine Aubry…que dire de cette dirigeante d’un grand parti qui cautionne et justifie ce genre d’attitude…pitoyable.

On peut être en désaccord avec la politique d’Eric Besson, dans ce cas on va l’affronter et lui exposer ses arguments. C’est ça la politique. C’est ça la démocratie. Car on ne peut pas en même temps pleurer parce que l’on considère que l’UMP a trop de temps de parole et de l’autre laisser 30 minutes à Eric Besson pour s’exprimer sans contradicteur.

Il faudrait rappeler à Mr Peillon (et peut être à d'autres...) que nous ne sommes pas en ex-URSS, personne ne peut et ne devrait même penser à demander la tête de journalistes. 

En parlant de démocratie et de respect, je ne peux m'empécher :

Loi du 27 février 2002 relative à la
 « démocratie de proximité » dans laquelle il est demandé que « tout bulletin d’information générale sur les réalisations et la gestion du conseil municipal, sous quelque forme que ce soit, devait réserver un espace à l’expression des conseillers n’appartenant pas à la majorité municipale ».
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

David 03/02/2010 17:33


j'ai assisté hier à une conférence intitulée "quotas or not quotas" à Strasbourg, ce qu'il en ressort est très clair, les quotas ne résoudront rien, il y a un problème d'autocensure de la part des
élèves, ou alors ils sont découragés par les enseignants. Et effectivement, je connais de nombreux cas d'amis à qui les enseignants disaient qu'ils ne devaient pas faire d'études longues, de prépa
etc et malgré ces avertissements, ils y sont arrivés. 
Mr Tapie, directeur de l'Essec a cependant commis une maladresse en disant que le niveau baisserait si plus de boursiers étaient intégrés. c'est évidemment faux si le concours reste le même pour
tous.  


Damien 27/01/2010 11:46


PS : désolé pour les fautes d'orthographe et de syntaxe, mais il m'est plus difficile de les repérer sur un écran d'ordinateur (surtout lorsque c'est écrit tout petit) que sur une feuille de
papier...


Damien 27/01/2010 11:42


Malheureusement Peillon n'est pas le premier à remettre en cause l'intégrité des journalistes du service public. Rappelez-vous lorsque Marine Le Pen, Bayrou & Co. avait remis en cause Arlette
Chabot, ainsi que les instituts de sondage, au moment du débat précédant les élections européennes. Je crois aussi me rappeler un précédent, toujours avec Bayrou, en 2007.

Cette paranoïa commence à être lassante. Les journalistes sont traités comme des cyclistes : les uns sont victimes sans arrêt suspectés de dopage tandis que les autres de "servilité" à l'égard du
pouvoir. La vraie raison du silence des frustrés de la TV n'est-elle pas plutôt dans le fait qu'il n'ont rien à dire ?

Le coup du complot médiatique initié par le Pen a fait des émules à gauche qui n'ont pas compris que cette tactique était désormais dépassée et dérisoire quand on voit ce qui se passe dans certains
pays comme Cuba (eh oui Mme le Maire) ou encore la Chine ou la Corée du Nord. Il est surtout l'apanage de ceux qui n'ont rien à proposer. Or c'est précisément le cas du PS, qui n'assume pas sa
position sur le problème des retraites, ou encore d'autres partis comme le PCF ou le Modem qui rivalisent de démagogie quant à trouver des solutions pour l'avenir de notre pays. C'est bien beau de
courrir sans cesse derrière les caméras, condition sime qua non pour devenir président, mais encore faut-il avoir quelque chose à dire pour intéresser les medias.

Je persiste donc à penser que j'ai fait le bon choix en 2007, en dépit des désaccords que j'ai parfois avec certains choix du Président et du gouvernement.


Eriam 26/01/2010 19:33


Je dirai maintenant : "Circulez, y'a rien a voir " Trop c'est trop et c'est trop d'honneur lui faire qu'encore parler de lui !


David 18/01/2010 20:53



La vidéo de Peillon sur Canal : http://www.canalplus.fr/pid3349.html
il s'enfonce encore plus...